Jardins

Durant les neuf siècles de son histoire, Marrakech a accumulé un patrimoine vert impressionnant. Depuis sa fondation au XIe siècle, la ville incarne le modèle de la cité-jardin. Le noyau urbanisé de la Médina était alors entouré d’un premier anneau de verdure formé par des vergers et des potagers. Depuis, certains quartiers ont emprunté le nom de leur jardin : Arset Messioui, Arset Chbani, Arset El Bardii, etc.
Au-delà des murailles s’étendaient le domaine réservé de la Palmeraie avec ses milliers d’hectares de palmiers emblématiques, de fruitiers divers et de cultures intercalaires. Des anneaux des verdures s’étageaient ainsi en une succession de champs cultivés et de vergers jusqu’à l’oued N’fis, qui représentait la limite de la banlieue-jardin.
Marrakech peut aujourd’hui se prévaloir d’être le conservatoire de tous les styles de jardins connus dans le royaume depuis le XIIe siècle. Citons en exemple les jardins de l’Agdal et de la Ménara. Les Arsats ou jardins princiers se sont quant à eux développés à partir du XVIIIe siècle.
Actuellement, Marrakech compte 67 espaces verts répartis dans ces cinq arrondissements, couvrant une superficie totale de 284 hectares.

Bien plus qu’une oasis, Marrakech est une véritable cité-jardin : aux quatre coins de la ville se déploient des espaces verts qui témoignent de l’attachement des Marrakchis pour l’art des jardins. Cet art a toujours été considéré comme une expression de l’art de vivre à Marrakech. Depuis sa création au XIe siècle par les Almoravides, elle représente un modèle de la cité-jardin. La superficie totale des espaces verts avoisine les 350 hectares, sans compter la Palmeraie (10 000 hectares), L’oliveraie de l’Agdal (500 hectares) et l’oliveraie de la Ménara (80 hectares). L’ensemble de ces espaces confère à la cité ocre une moyenne de 11 m² d’espaces verts par habitant, la ratio mondial des espaces verts par habitant reconnu mondialement étant de 10 m².

A Marrakech, deux viles Se côtoient : la ville ancienne dans ses remparts, et la ville nouvelle avec les quartiers de Guéliz, de l’Hivernage et de l’avenue Mohammed VI. Très étendue, la ville se prête aux balades à pied, en bicyclette ou encore en calèche selon la tradition à Marrakech.
Les jardins et espaces verts sont présents partout dans la ville, y compris à l’intérieur de ses remparts. Le Jardin Majorelle, le Parc Moulay Abdessalam, les Jardins du Palais Bahia, les vergers de la Ménara de l’Agdal et bien d’autres encore sont, chacun dans son style, autant d’endroits de quiétude, de détente, et de ravissement.

HAUT