HISTOIRE DE LA CITÉ

Un patrimoine culturel très riche

Epicurienne et spirituelle, humble et orgueilleuse, pieuse et noctambule, traditionnelle et avant-gardiste, cosmopolite et mystérieuse, Marrakech la plus ancienne et la plus jeune des villes impériales du Royaume, a depuis mille ans fait son miel des multiples influences qui l’ont traversée et le nourrissent encore, aux portes de l’Europe, entre montagne, désert et océan, la cité oasis du grand sud, ville d’art adnée d’une incomparable parure de palais et de monuments, continue, avec une confondante virtuosité, de faire la synthèse entre le passé et le présent ; elle qui symbole de bien être et de douceur de vivre, a érigé son hospitalité légendaire en authentique art de vivre recherché et apprécié des voyageurs du monde entier.

Histoire de la cité

Fondée il y a près de 1000 ans, Marrakech a une histoire hors du commun, marquée par les périodes brillantes de son histoire, elle conserve aujourd’hui un patrimoine culturel très riche. A nous ensuite, de nous plonger plus avant dans les périodes qui nous passionnent.

La dynastie Almoravide

Marrakech fut fondée en l’an 1062 par Youssef Ibn Tachfin, premier souverain de la dynastie almoravide. Simple campement de caravaniers, la ville devient un important centre culturel, commercial, et religieux qui rayonna sur tout le Maroc, l’Andalousie et l’Afrique noire, grâce notamment à la construction de nombreuses mosquées et medersas (écoles coranique). Marrakech est élue capitale du royaume. C’est aussi à cette période que débuta la plantation de la Palmeraie. La légende raconte qu’en mangeant des dattes, Youssef Ibn Tachfin répandit les noyaux des fruits, qui trouvèrent là un sol fertile pour s’épanouir et aboutir par la suite à des palmiers. Le fils de Youssef Ibn Tachfin, Ali Ben Youssef voulut protéger la ville des attaques et fit construire des remparts sur plusieurs kilomètres.

La dynastie Almohade

En 1147, Abd El-Moumen, fondateur de la dynastie des Almohades, fit le siège de Marrakech pendant neuf mois, et s’empara de la ville. Les principaux édifices de Marrakech furent rasés. Les Remparts, et le minaret de la Koutoubia seront épargnés. Durant le règne des premiers rois almohades,« la ville rouge » sera la capitale d’un empire prospère. Ils construisirent ainsi de nombreux palais édifices religieux, comme par exemple la célèbre mosquée de la Koutoubia.

La dynastie Mérinide

A la fin du XIIIe siècle, Marrakech fut conquise par les nomades mérinides. La ville fut alors abandonnée par ses hommes de lettres et artisans, au profit de Fès, rivale depuis toujours, qui devint la capitale.

La dynastie Saâdienne

Au début du XVIe siècle, Marrakech retrouve une place centrale en redevenant la capitale du royaume. Elle renoue également avec la prospérité et la beauté, grâce au sultan saâdien Ahmed El-Mansour, qui fit construire entre autre le Palais El-Badii, une réplique de l’Alhambra d’Andalousie, ainsi que les tombeaux saâdiens.

La dynastie Alaouite

A la fin de la dynastie Saâdienne, Marrakech sombre dans l’oubli et perd beaucoup de son prestige et de son patrimoine qui tombe en ruine. Il a fallu attendre le règne des Alaouites pour que la ville retrouve un peu de prestige avec la restauration des murailles de la ville, de la Kasbah et la construction de nouveaux bâtiments et mosquées. Au début du XXe siècle, Marrakech connait de nombreux troubles politiques. Durant cette période, Marrakech fut gouvernée par le pacha Thami El Glaoui jusqu'à la fin du protectorat. Avec l’aide des Français, EL Glaoui règne de manière despotique, dont il réprime les insurrections des tribus berbères et devint un des hommes les plus influant du Maroc. En 1956, La fin du protectorat et le retour d'exil de Mohamed V marque la fin du règne du Glaoui.

HAUT