Les Portes de Marrakech

Permettant autrefois l’entrée dans la médina, les 10 portes perçant la muraille, nommées en arabe Bab, sont souvent impressionnantes. Certaines d’entre elles seront même une source d’inspiration pour les autres villes du royaume.

Bab Agnaou : Porte du « bélier sans corne », elle fut ainsi nommée après avoir perdue les deux tours qui la composaient. A l’origine construite en pierre de Guéliz, d’un bleu gris, elle est devenue aujourd’hui rouge par l’action des vents apportant le sable du désert. C’est la principale entrée de la Kasbah dont on doit la construction aux Almohades.

Bab Er-Robb : De couleur rouge ocre, cette porte, appelée « jus de raisin » servait à contrôler l’entrée des boissons alcoolisées.

Bab El Khemis : Cette porte donne l’accès au souk du même nom, qui signifie jeudi, en référence au jour du marché de l’époque. La structure de cette porte provient vraisemblablement des influences andalouses. Aujourd’hui, un souk couvert permet l’échange d’antiquités et de produits artisanaux. Toujours selon la tradition, le marché à bestiaux prend place le jeudi.

Bab Aylen : Portant le nom d’un peuple berbère, la porte est très reconnaissable par son aspect coudé. Elle fut construite par les Almoravides.

Bab El Jdid : c’est la porte la plus fréquentée de la médina. Elle se situe entre le célèbre palace de La Mamounia et le quartier de l’Hivernage.

Bab Doukkala :Porte impressionnante construite par les Almoravides au XIIe siècle, elle est adossée à deux tours carrées, elle donne un accès au nord de la médina. La gare routière se trouve aujourd’hui à proximité.

Bab Debbagh : Cette porte se situe entre la rivière et les tanneries implantées à l’intérieur de la médina, dont une odeur caractéristique se dégage.

HAUT